J'ai toujours adoré travailler auprès des enfants. Déjà enfant, je m'amusais à imiter les maîtres et maîtresses. Jamais je n'aurais imaginé travailler un jour en tant qu'assistante maternelle car on me dessinait déjà une voie toute tracée dans l'illustration. Bon, j'ai eu un cursus particulier certes, ce qui m'a permis aussi de voir des tas de choses et d'apprendre de toutes ces expériences de la vie. Depuis quelques années, un peu avant la naissance de mon fils, je me suis plongée dans une envie de changement de carrière totale pour réaliser un rêve que j'avais, celui de travailler avec les plus petits.

Le principe fondamental de transmettre de jolies choses et en même temps apprendre chaque jour à comprendre les enfants, les éveiller, les amener à grandir, veiller à leurs besoins, s'épanouir; le tout en respectant les volontés des parents me stimulait pour envisager mon nouvel avenir.

C'est bien joli tout ça, mais il a fallu potasser, se remettre dans les étudesà presque 30 ans, faire une formation, obtenir un diplôme. Ces mois de formation ont été une vraie richesse, tant au plan des différentes rencontres (les collègues de la session, les formateurs ou en stage les enfants, les ATSEM, les maîtresses, les puéricultrices,...) que des connaissances que j'ai pu acquérir autour de la petite enfance. Diplôme en poche, je n'ai pas traîné pour dégoter mon tout premier poste en crèche en tant qu'agent de puériculture au sein d'une grande crèche collective. Mon but était de faire deux années d'expériences en crèche pour réellement savoir où j'allais. J'ai fait plusieurs postes, plusieurs crèches différentes, j'ai fait autant d'expériences positives que négatives. Mais malheureusement l'expérience finale m'a mis la puce à l'oreille et m'a conforté dans le fait que ma place n'était pas en crèche... J'ai vu trop de choses qui n'étaient pas dignes de professionnelles de la petite enfance et un système en crèche qui ne valorisait pas le métier ni les employés. Bref, je suis partie en mars 2016 pour réaliser mon projet de toujours celui d'obtenir l'agrément d'assistante maternelle.

Le métier d'assistante maternelle n'est pas de tout repos, c'est plein de bonheur mais aussi plein de contraintes du fait qu'on travaille à son domicile et que ça engage notre famille. Il faut avoir de bonnes qualité de souplesse, de disponibilité, de compréhension et être à l'écoute. Bien sûr auprès des enfants être douce, organisée, patiente, être en bonne condition physique, créative, être force de propositions chaque jour. En règle général, il faut être bienveillante auprès de toute la famille. C'est un métier qui demande à bien réfléchir avant de se lancer vraiment car on s'engage sur du long terme et ce n'est pas rien. Donc après beaucoup de réflexion avec mon conjoint et mon fils, je me suis lancée.

C'était un projet très important à mes yeux, tellement que je n'en dormais quasi plus pour peaufiner mon projet professionnel et décrocher les entretiens avec les assistantes sociales. Au final après des mois de bûchage et de doutes sur la décision finale, j'ai finalement obtenu le Graal. Nous sommes en janvier 2017 et je commence cette année avec une nouvelle vie, celle que j'attendais !

Ma maison est fin prête à accueillir un petit bout et ses parents... Vivement !

 

C'était la lettre de Coco Poppins, Assistante Maternelle Agréée de la ville de Paris (et j'en suis fière)